Blackout queen à la retraite

Pas une goutte d’alcool depuis deux mois ou soixante jours. Déjà ! Je ne peux pas dire que l’alcool m’a manqué. Il m’est arrivé d’être un peu down mais je n’ai pas succombé à l’appel du gin tonic. Au contraire, j’ai repris le sport, j’ai décidé de manger sainement, je suis en pleine métamorphose ! Hier je discutais avec un pote qui me disait « Tu es devenue une vraie sainte ! ». Il ne faut pas exagérer non plus mais j’étais tout le contraire d’une sainte quand je buvais…

Je suis une blackout queen à la retraite. Quand je buvais en société, c’était toujours jusqu’au fameux trou noir. Le lendemain, on me demandait « Tu te rappelles quand tu as fait/dit ça ? ». Je ne savais pas du tout de quoi ils parlaient. Ce qui est étrange c’est qu’apparemment, alors que j’étais en plein coma éveillé, mon entourage pensait que je « gérais » la situation. Je ne sais pas par quel miracle (ou malédiction….) mon entourage pouvait croire que j’étais en pleine possession de mes moyens… Bon, en même temps, eux ils partaient en premier, moi j’étais encore là à trois heures du mat’ à faire la teuf avec de nouveaux amis dont je découvrais le visage le lendemain dans mon téléphone. C’est fou le nombre de selfies qu’on peut prendre quand on est ivre… (c’est fou de penser que je n’ai jamais perdu mon téléphone).

Souvent je me souviens de bribes de conversation ou plutôt de certains mots, d’éclats de rire sur un sujet flou ou de gestes, de la façon dont telle personne était habillée, d’une chanson qui passe, mais je n’arrive pas à former une timeline cohérente. Une fois j’ai repris conscience parce qu’un homme était en train de me chevaucher. Je dis une fois mais ce n’est pas une fois, je mens, pardon.

Je me suis réveillée plusieurs fois je ne sais où avec des types dont je ne connaissais pas le prénom dans des appartements inconnus, en plein remake de la vieille pub cultissime « Alors… heureuse ? ». Une fois je me suis retrouvée en banlieue à Vincennes, je ne trouvais pas de station de métro, j’avais la gueule de bois, mon collant était filé, Uber n’existait pas encore, au secours. En marchant dans les rues désertes le dimanche matin, je me suis souvenue que le banlieusard m’avait léché les orteils, c’était ça qui m’avait réveillée d’un coup d’un seul. Voir ce type déjà dégarni à même pas trente ans me SUCER le gros orteil, ce fut le coup de grâce, j’avais fui prétextant je ne sais quelle réunion dominicale… (je suis comme Blanche Gardin, les chauves vraiment c’est pas possible- mais elle est avec Louis Ck maintenant alors le pire est sans doute à craindre de mon côté).

Puisque je tiens à être honnête, je peux le dire : il y a au moins une dizaine d’hommes avec lesquels je n’aurais absolument jamais couché si je n’avais pas été sous l’emprise de l’alcool. Sobre, je sais faire les bons choix. Heureusement, je suis casanière, j’aimais bien boire seule chez moi, ce qui restreint la possibilité de catastrophes. En revanche, quand il m’arrivait d’aller dans un bar…je devenais cette fille cool et sympa qui flirte facilement, je me faisais des « amis » en très peu de temps (soupirs).

Je me souviens des premiers verres, inoffensifs. Les premiers baisers, ça oui. Mais le reste… à chaque fois je demandais en tremblant si on avait couché ensemble puis tout de suite après si on s’était protégé. On ne le dira jamais assez mais le consentement est un concept très flou quand l’alcool entre en jeu. Je considère que je suis responsable à 100% de ma vie et de mes actions, je ne cherche pas à accuser qui que ce soit. Mais c’est curieux d’apprendre que ces types me faisaient des compliments le lendemain alors que je ne me souvenais de rien. Est-il possible de ne pas être nulle dans un lit alors qu’on n’est pas physiquement présente ? (ou c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ? Même au bord du coma?).

C’est curieux, pour ne pas dire effrayant. Comment ces hommes qui partageaient un moment intime avec moi pouvaient ne pas VOIR que je n’étais pas vraiment là ? Je crois que j’ai la réponse : ils étaient ivres eux aussi ! Qui se ressemble s’assemble…

Quand j’ai décidé d’arrêter l’alcool, j’en ai profité pour changer de numéro de téléphone. C’est la meilleure solution pour commencer une nouvelle vie. Je ne compte pas m’excuser de bannir des personnes de ma vie, je suis heureuse de m’être enfin réveillée et de renoncer à tous ces drames inutiles, à ces relations qui n’en sont pas, à tout ce qui m’empêchait d’évoluer positivement.

Je ne sais pas si je renonce pour toujours à l’alcool, je crois pouvoir apprendre à boire un verre avec plaisir et dans de bonnes conditions. Mais je n’en suis pas du tout là, chaque chose en son temps. Pour le moment, j’apprends à me passer d’alcool dans la vie sociale. Ça se passe plutôt bien mais j’ai en revanche refumé quelques cigarettes, n’importe quoi ! J’apprends aussi à ne pas boire un verre seule chez moi quand je suis triste ou à l’inverse quand je suis folle de joie. À la place je bois de la bière sans alcool ou des virgin cocktails (pas toujours réussi, là encore j’ai beaucoup à apprendre !). Je suis sur un chemin passionnant où je n’ai aucune certitude. J’avance en toute humilité 🙂

IMG-5387

 

 

13 commentaires sur “Blackout queen à la retraite

    1. Merci ! Je ne cherche pas du tout à retrouver la maîtrise de ma vie, je ne cherche surtout pas à être dans le contrôle. J’étais justement dans le contrôle de mes émotions avec l’alcool. Sans, je redeviens moi à 100%, c’est ça qui m’importe. Etre moi et personne d’autre 🙂

      J'aime

  1. J’ai connu ça, l’alcool qui désinhibe, quand j’étais très jeune. Mais j’étais « présente ». Et surtout chanceuse ! Parce qu’avec mon petit gabarit (1,53 m et à peine 40 kg à l’époque), je n’aurais pas pu me sortir d’une situation scabreuse. Je regrette ces nuits d’ivresse. Elles m’ont fait passer à côté de jolies soirées avec des gens bien pour passer des nuits avec des inconnus dont j’ai oublié jusqu’au prénom…

    Aimé par 1 personne

    1. Je fais 1.56 cm, je suis ivre après trois verres héhé Je ne regrette pas pour ma part, il y a toujours une leçon à apprendre ! J’ai aussi passé de très bonnes soirées avec des gens très bien. Je parle de tout sur le blog, les pires moments mais les bons aussi et il y en a eu plein !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s