De Tinder et de la sobriété (il y a un rapport, je le jure)

L’autre jour je regardais une vidéo d’un mec sur Instagram, il expliquait pourquoi on ne devrait pas utiliser les apps de rencontres (Tinder, on pense fort à toi). Son propos était simple : sur ces apps des êtres humains sont présentés comme des produits dans un catalogue, une photo et une phrase de description, pareil que pour une boîte de céréales ou une scie sauteuse (je ne sais pas où je suis allée chercher ça…). Ce qui nous force à traiter des hommes et des femmes comme s’ils étaient des objets ; en un coup d’œil on décide de leur sort : si je vois un intérêt à côtoyer cette personne, je swipe à droite, si je n’en vois aucun, je swipe à gauche. Inconsciemment, je me propose comme un objet de consommation et je considère les autres comme tels. C’est un comportement malsain qui finit par changer notre perception des autres, nous faire déprimer et renforcer notre sentiment de solitude. Normal, qui aimerait être traité comme un objet ? Qui a envie d’être résumé à trois ou quatre photos et une description souvent « humoristique » (la mienne c’était « Probablement la seule meuf de France qui n’aime pas les bruns barbus », le pire c’est que c’est vrai, même pas drôle…).

Quel est le rapport avec l’alcool me diras-tu ? Il y a deux mois j’ai arrêté Tinder, fatiguée d’envoyer le premier message à des mecs qui ne répondent jamais, fatiguée de voir tous ces profils qui sont là à végéter, fatiguée du manque de personnalité et/ou de culture, du manque d’originalité, bref, fatiguée. Au début c’était excitant, j’étais nouvelle sur le marché du célibat, j’avais des super likes et je me sentais comme Miss Monde (il m’en faut peu, vous remarquerez), puis tu te rends compte que certains mecs like toutes les filles puis unmatch ensuite, c’est super violent comme pratique, surtout quand comme moi tu like un mec sur quatre-vingt en moyenne…

Je jure qu’il y a un rapport avec l’alcool. A chaque fois que j’ai pris un verre avec un mec rencontré via une app, on commençait par boire une bière, histoire de se détendre. Souvent, quand le mec me plaisait IRL (une fois sur deux on va dire parce que les photos mytho c’est courant aussi chez les mecs), on terminait la soirée chez lui ou chez moi à boire, boire et encore boire. En gros j’avais besoin d’alcool pour supporter le fait que je rencontrais un quasi inconnu que j’avais choisi en premier lieu pour son physique. Et je ne vais pas mentir, parfois c’était très bon d’être traitée comme un objet parce que c’est ce que je voulais, parce qu’en face j’avais un charmant jeune homme qui était prêt à jouer le rôle de mon sextoy. Mais le lendemain quand tu te réveilles avec un horrible mal au crâne et la bouche pâteuse, c’est la débandade (huhuhu). La seule chose que le mec qui est à côté de toi t’inspire c’est « Putain il faut que je me tire d’ici et vite ! ». La dernière fois que j’ai rencontré un mec via Tinder, le lendemain matin il m’a fait un câlin dont je me suis extirpée sans aucune grâce. Pour éviter d’être un robot, j’ai arrêté Tinder et pour éviter de côtoyer des mecs qui ne me plaisent que physiquement mais que je trouve inconsistants, j’ai arrêté l’alcool.

Sobre, je peux donner sa chance à un mec drôle et intelligent qui n’est pas « mon genre ». Bon… si je peux avoir le cerveau et le physique, je ne vais pas cracher dessus !:) Sobre, je peux prendre mon temps, apprendre à connaître quelqu’un… Sobre, je peux être moi-même… or quitte à rencontrer quelqu’un, autant qu’il sache qui je suis vraiment. Je ne suis pas un objet de consommation. Je ne veux pas considérer un autre être humain comme un objet de consommation. Je veux une vraie belle rencontre avec une vraie belle personne. C’est ce que je mérite. Pas juste moi, tout le monde le mérite. Je n’aurais pas à me demander s’il ressemble à ses photos puisque je le verrai en vrai devant moi au détour d’une rue, chez des amis d’amis, dans un aéroport, au supermarché ? Je n’en sais rien, c’est ce qui est magique ! Je sais que la vie va me surprendre alors je ne provoque plus le destin, j’ai confiance. Je ne suis pas pressée, je me réveille tous les matins avec le sourire parce qu’au lieu de voir ce qui manque à ma vie, je vois ce qu’il y a dedans. Et dedans il y a beaucoup de joie et d’amour (et de pizzas) 🙂

youandpizzahavelikedeachother

8 commentaires sur “De Tinder et de la sobriété (il y a un rapport, je le jure)

  1. Je me reconnais tellement dans la première partie, et la conclusion est vraiment belle 😍
    C’est fou comme l’arrêt d’une habitude, l’alcool ou une application de rencontre ici, peut avoir des effets et conséquences aussi profondes alors qu’on pourrait croire que c’est anodin
    En tout cas, bon courage à toi dans cette nouvelle saison de ta vie

    Aimé par 1 personne

  2. En alcool comme dans tous les autres domaines, il faut toujours se méfier des ivresses trop rapides qui assomment plus qu’elles ne consolent.
    Je pense que le point commun entre Tinder et l’alcool, c’est qu’ils n’attirent que des impatients, des gens pressés d’y arriver, pressés d’en finir. C’est une des bases de toutes les addictions.
    Ta nouvelle vie doit passer par l’apprentissage de la patience, jusqu’à en acquérir le goût du temps qui s’étire et des extases qui durent. Un verre se boit rapidement, un contact Tinder se rencontre le soir même. Il faut sortir de ça, il faut se concentrer sur ce qui prend des heures : un bain chaud, une journée à bronzer, une randonnée, un disque de new-age bien statique, et si possible de temps en temps un week-end dans une campagne déserte. Il faut prendre le goût de ce qui est interminable, c’est le meilleur moyen de se dégoûter des plaisirs rapides qui laissent un goût permanent de frustration, d’autant plus frustrant qu’il parait injustifié.
    Je me sens plus proche pour ma part d’un certain art de vivre d’extrême-orient, qui a un certain goût pour le contemplatif sous toutes ses formes. On peut ne pas trouver ça à son goût, mais ça ouvre des horizons qui, ici, sont plus volontiers cloisonnés.

    Essaye ça, c’est juste un clip musical, aucune théorie ou spiritualité fumeuse derrière, mais c’est une bonne illustration de ce que je veux dire. La fille en fait un peu trop au niveau des sourires béats, mais elle est attendrissante, elle a une jolie voix, et il y a une ambiance paisible qui voisine avec les idées hippies d’un autre temps. Ceci étant dit, c’est juste un exemple, il y en a plein d’autres dans beaucoup d’autres pays, moins anxiogènes que le nôtre, mais il faut vraiment se détacher les yeux de nos écrans habituels pour les voir. 😉

    J'aime

    1. Le truc c’est que je ne suis pas addict ni à l’alcool ni à Tinder. Je ne suis pas malade. L’alcool pour moi c’était deux fois voire trois fois par mois, simplement je n’ai jamais su boire. Savourer un verre de vin ne m’intéresse pas, je n’aime pas son goût par exemple. J’aimais utiliser l’alcool comme tampon émotionnel en gros. Quant à tinder à chaque fois que je me suis inscrite je restais deux semaines max et j’arrêtais parce que ce n’est pas pour moi… Je suis contente d’avoir arrêté les deux parce que je vaux mieux que ca en fait !

      J'aime

  3. Je ne sais s’il y a une véritable différence entre une rencontre « in real life » ou une rencontre par l’intermédiaire d’apps. L’un comme l’autre, nous sommes j(a)ugés et nous j(a)ugeons en fonction de critères propres à chacun. Au final, j’ai l’impression que nous restons un objet en vue ou non d’une consommation. Cela dit, je suis bien d’accord sur le fait qu’avec les apps, le processus de sélection est bien plus radical et expéditif !
    Je partage complètement le point de vue sur l’alcool (ses effets désinhibiteurs aux conséquences parfois fâcheuses 😉). Contrairement à toi (je me permets le tutoiement ☺️), il m’arrive encore d’en consommer, mais à des occasions très spéciales et toujours avec modération (finie l’ivresse !). En revanche, il y a longtemps que je ne m’en sers plus comme béquille.
    Au plaisir de te lire ! 😀

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire 🙂 La différence entre une rencontre IRL et une rencontre via une app c’est que ça évite des déceptions. Par exemple une rencontre dans un bar tu entends direct la voix de l’autre, tu vois comment il parle, comment il bouge etc Souvent il m’est arrivé d’être déçue par la personne d’une app parce qu’elle ne ressemblait pas du tout à sa photo ou parce que sa voix était nasillarde (la voix c’est hyper important pour moi). Je suis d’accord avec toi, le jeu de la séduction existe dans les deux cas, mais perso je préfère quand c’est en réel !
      Si je pouvais être dans la modération, je le ferais. Mais j’ai déjà essayé et ça ne marche pas. Honnêtement l’alcool ne me manque pas. Et ça permet de faire un tri dans les gens autour de soi aussi, tu vois qui te soutient et te dit bravo et qui te fait chier pour que tu boives « juste un verre, allez… » 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s